Le rôle du traducteur dans les projets de développement communautaire Français translation jobs
Home More Articles Join as a Member! Post Your Job - Free! All Translation Agencies
Advertisements




Le rôle du traducteur dans les projets de développement communautaire





Become a member of TranslationDirectory.com at just $8 per month (paid per year)




Epigraphe

“Ce ne sont pas les plus forts qui survivent, ni les plus intelligents, mais ceux qui sont les plus rapides à s’adapter au changement.”

Charles Darwin, naturaliste anglais

Avant-propos:

Ce travail vise à faire ressortir le rôle joué par le traducteur/ interprète en tant qu’acteur à part entière dans les projets de développement communautaire (1), capable de contribuer à l’instauration d’une puissante dynamique de développement en adoptant l’approche participative de la communication.

La traduction, qui n’est qu’une facette du processus communicationnel, représente un outil inéluctable pour faire passer le message de manière adaptée aux populations ciblées par les projets de développement, tout en prenant en considération leur langue, leur culture et leurs valeurs sociales.

J’espère que ce travail puisse également aider à mieux discerner le rôle de la communication et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) dans notre société et mettre en exergue les stratégies communicationnelles visant à faire prévaloir la participation des communautés et leur appropriation des projets visant leur propre développement.

Introduction

Dans le cadre des projets de développement communautaire, qui, dans la majorité des cas sont financés à titre de don par des ONG ou des Agences de Coopération Internationale et qui sont dédiés aux populations des pays du Sud, on a souvent recours aux experts étrangers dans différents domaines (Santé, Agriculture, Industrie, Education..) afin d’assister la population cible à adopter le projet destiné à leur propre développement.

L’expérience a démontré que la présence d’Agents de communication est nécessaire pour réussir à convaincre les populations à exprimer leur volonté à se doter d’outils d’information et de communication qui correspondent davantage à leurs spécificités socioculturelles, économiques et politiques afin qu’elles puissent tracer leur propre conception du développement.

Or, les Agents de Communication locaux ne maitrisent pas forcément la langue des experts étrangers mobilisés dans le cadre du projet de développement, ce qui nécessite la présence d’un traducteur/interprète qualifié!

Nous nous interrogeons alors, sur les qualités du traducteur/interprète, nécessaires pour assurer une gestion efficace de la diversité linguistique et culturelle, aussi pour observer - selon les contextes d’intervention et les acteurs impliqués dans les projets de développement communautaire- les apports, les défis et surtout, les enjeux de sa prestation.

Le rôle du traducteur en tant qu’agent de communication dans les projets de développement communautaire:

Le développement communautaire est un processus grâce auquel la communauté locale participe au façonnement de son propre environnement dans le but d’améliorer sa qualité de vie.

MAHATMA GANDHI affirmait que : «Ce que vous faites pour moi mais sans moi, vous le faites contre moi ». Cette démarche, dite participative, nécessite une intégration harmonieuse des composantes économique, sociale, culturelle, politique et environnementale. Cette approche est avant tout un phénomène humain où les projets et l’action, plus que les institutions et les politiques, mobilisent l’ensemble des intervenants de la communauté.

Les techniques de communication pour le développement sont nouvelles, et puisque la recherche dans ce domaine est encore d’actualité, seuls les pays les plus développés possèdent les clés de ces nouveaux mécanismes communicationnels à savoir : les Etats-Unis d’Amérique, le Canada, l’Allemagne, l’Angleterre, la France , la Belgique et le Japon. Les experts issus de ces pays sont sollicités par les pays en voie de développement à titre consultatif pour garantir la réussite de leurs nouveaux projets de développement, pour assurer des séances de formation dans ce domaine au profit des agents de communication locaux, mais aussi pour s’imprégner de leur expérience en matière de sensibilisation des populations en voie de développement de l’importance de l’approche participative pour le développement.

Cependant, la barrière linguistique constitue un sérieux problème de communication entre ces experts étrangers, les communautés et les preneurs de décision locaux, d’où l’importance du traducteur dans la réussite des projets pour le développement.

Lorsqu’il s’agit de projets de communication avec des partenaires étrangers, l’Agent de communication (facilitateur) doit être systématiquement remplacé par un traducteur/ interprète ayant une expérience dans les projets de développement, et qui peut accompagner les collaborateurs non-professionnels en matière de communication dans l’élaboration des plans de communication de leurs projets.

Il est vrai que la traduction peut être considérée comme étant l’une des facettes de la communication, mais elle représente une discipline indépendante, qui a toujours été indispensable pour la réussite du processus communicationnel pour le développement. A travers la traduction, l’interprétariat, la localisation et l’adaptation publicitaire, les projets de développement communautaire prennent désormais, une ampleur transculturelle.

Dans cette perspective, la principale mission du Traducteur/ Agent de communication dans les projets de développement consiste à assurer la communication entre la population ciblée par le projet et l’ONG qui adopte le projet, sans oublier les responsables locaux qui veillent sur le bon déroulement du programme en question, et son adéquation aux besoins de la population.

Cette mission ne peut être accomplie sans procéder à:

  • Cerner les objectifs principaux du projet et le rôle de la communication dans sa réussite ;
  • Dresser la liste de toutes les parties impliquées de près et de loin dans le projet en prenant soin de distinguer le groupe cible principal que la communication devra atteindre, les supérieurs ou autorités qui doivent soutenir le projet en question, les personnes ou institutions qui doivent être tenues informées, les personnes ou institutions qui doivent offrir leur collaboration, etc.
  • Enumérer les moyens/ressources disponibles susceptibles d’aider à une bonne exécution du plan de communication ;
  • Identifier les limitations/contraintes à une bonne exécution du plan communication envers chaque groupe-cible et proposer les stratégies/actions pour contourner ces barrières ;
  • Identifier les actions et messages clés de communication pour chaque groupe-cible ;
  • Identifier les supports et moyen adaptés pour chaque action de communication ;
  • Elaborer une stratégie de communication (3) récapitulant toutes les actions précitées;
  • Dresser un planning de communication, à savoir un tableau de bord reprenant tous les aspects importants de chaque action de communication planifiée (période, groupe-cible, message, moyen de communication, matériel de communication, responsable, etc.) ;
  • Elaborer un mécanisme de suivi et d’évaluation du Plan de Communication qui devra inclure au minimum les éléments suivants : Le cadre institutionnel du suivi-évaluation ; les indicateurs de suivi-évaluation (valeur de base, valeur cible, progression périodique, méthode de calcul) ; les méthodes de collecte et les sources de données ;
  • Rédiger le rapport global contenant les éléments couvrant l’ensemble des tâches spécifiques. Ledit rapport doit être écrit dans une langue que comprennent les différents intervenants, sinon Il faut absolument faire une traduction. Ce rapport doit contenir un résumé, une note méthodologique, des conclusions, des recommandations, des références bibliographiques ainsi que les annexes comprenant notamment les termes de références (TDR) et la liste des personnes rencontrées.
  • Animer des ateliers de validation des recommandations issues des rapports de mission…

D’après Uphoff (1984), il existe quatre niveaux de participation, selon l’implication de la population dans le projet de développement.

J’ai essayé de résumer ses propos en ajoutant le rôle que peut jouer le traducteur /interprète à chaque niveau de participation comme suit:

1- la participation à l’exécution : La contribution des gens concernés se tourne vers l’exécution de certaines tâches, ils prennent part au projet et peuvent même avoir parfois des responsabilités.

Le traducteur/ Interprète maîtrisant la langue du partenaire étranger et de la population cible a pour rôle de faire face aux barrières culturelles pour informer et sensibiliser la population de l’importance des actions qu’elles seront en mesure de mener dans le cadre du projet en question.

2- la participation à la prise de décisions : Les gens prennent part à l’élaboration du projet, émettent des idées, des critiques, décident que ce soit sur le plan politique, culturel, religieux.

Le rôle du traducteur/interprète consiste à sensibiliser la population de l’importance de son implication directe à la prise des décisions relatives à son propre développement, et ce en exprimant son avis et en formulant ses recommandations loin de toute pression, et sans être influencées par les parties prenantes du projet.

3- la participation aux avantages : La population bénéficie des avantages et profite des retombées du projet pour son propre développement.

Le traducteur/interprète explique à la population comment elle pourra bénéficier efficacement des avantages du projet, et l’encourage à participer de manière active pour profiter de tous les services proposés.

4- la participation à l’évaluation :

On demande l’avis à la population sur le déroulement du projet une fois qu’il est arrivé à son terme.

Le rôle du traducteur/interprète lors de cette phase consiste à convaincre la population –cible de donner son avis de manière objective pour aider à définir le taux de satisfaction, et inciter la population à mentionner ses remarques et réclamer ses droits au cas où le partenaire ne tient pas à ses promesses formulées au début du projet.

Conclusion:

Vu la diversification des tâches du traducteur/interprète, on constate que son rôle semble de plus en plus étendu et dépasse de loin les domaines classiques de sa formation et de sa spécialisation, car, à nos jours, il joue le rôle de médiateur entre langues et cultures.

Le traducteur a réussi à affirmer que sa présence devient indispensable pour aider à l’intercompréhension et à la communication interculturelle. On reconnaît donc aux traducteurs/ interprètes professionnels leur compétence à comprendre non seulement la langue, mais la culture étrangère, à adapter, à transposer et à expliquer au delà des mots.

Cependant, traduire ou interpréter lors d’un projet de développement, dans l’intention d’assurer la communication entre des partenaires appartenant à des pays différents, n’est pas une simple opération de transcodage, mais un processus complexe qui fait intervenir la langue, la culture et les relations entre des individus appartenant à des groupes sociaux diversifiés.

Si le traducteur/médiateur accomplit sa mission tout en ayant conscience de ces difficultés, toutes les barrières linguistiques, culturelles et même politiques disparaissent pour que le projet de développement communautaire avance sur les bons rails et pour que l’objectif commun des différents partenaires soit atteint avec succès.

En effet, la dimension culturelle de la traduction et de l’interprétation lors d’un projet de développement communautaire reste largement méconnue. Il est assez facile dans un premier temps de mettre à jour ce qui relève de la réalité culturelle, sociale, historique, idéologique, politique d’un groupe particulier ciblé par le projet, mais cela ne suffit pas pour communiquer, il faut également s’interroger sur la participation et l’adhésion du groupe en question à chaque étape du projet, sur les références culturelles et les valeurs véhiculées par la langue. Autant d’aspects qui restent implicites dans les formations linguistiques et que les traducteurs découvrent en se frottant à la pratique de la communication lors des projets de développement.

Notes:

(1) Un projet de développement communautaire peut être défini comme une action réalisée dans un objectif socio-économique orienté vers la satisfaction d’un besoin collectif de base (alimentation, santé, éducation, travail, infrastructures de base, information, connaissances, etc.) d’une communauté (hommes et femmes d’une région donnée) leur permettant de s’épanouir dignement. « Il tente d’en valoriser les qualités (ressources, atouts, valeurs), d’en minimiser les handicaps, d’en contourner les contraintes. » (Daniel, 2003 : p.1). Il implique des groupes d’intérêts divers notamment des membres de la communauté, les autorités locales et des agents externes d’appui technique et financier.

(2) Le développement participatif est né du constat des échecs des actions entreprises par des organisations de développement des années 70 (Blanchet, 2001). Il consacre la légitimité du droit des communautés à participer dans les décisions les concernant. Selon l’OCDE, cité par Yoda (2004).

(3) La stratégie de communication est l’art de diriger et de coordonner les actions nécessaires pour atteindre ses objectifs de communication. Elle consiste à déterminer les cibles auxquelles va s’adresser la communication, définir le message qui va leur être transmis, définir les objectifs de communication de l’entreprise et établir un budget de communication (http://www.passcreamode.com/Creer-sa-marque/Savoir-communiquer/Definir-une-strategie-de-communication)

Bibliographie:

  • Aquadev, Les méthodes de diagnostic et de planification des actions de développement, s.l. 2001, p.10.
  • Collectif, Manuel pour l’application de la Participation des interventions par objectif, AGCD (Administration générale de la coopération au développement qui a été remplacé en 1995 par la DGCD), Bruxelles, 1991, p.10.
  • LAMBERT, Mathieu. « La participation citoyenne au niveau local: différents moyens et des idées pour se lancer. » dans [http://www.uvcw.be/articles/3,10,2,0,1798.htm], page consultée le 26 octobre 2011.
  • Richardson, D., Internet et développement rural : approche intégrée, FAO, 1997.

---

Article rédigé par: Mme Adiba BAKKOUR/ Maroc

Chef du Service de la Coopération Bilatérale au Département de la Formation Professionnelle au Maroc

Doctorante à l’Université Abdelmalek Saadi Tanger-Tétouan/ Maroc

Axe de Recherche : Linguistique- Traduction et Communication




Published - September 2016










Submit your article!

Read more articles - free!

Read sense of life articles!

E-mail this article to your colleague!

Need more translation jobs? Click here!

Translation agencies are welcome to register here - Free!

Freelance translators are welcome to register here - Free!







Free Newsletter

Subscribe to our free newsletter to receive news from us:

 
Menu
Recommend This Article
Read More Articles
Search Article Index
Read Sense of Life Articles
Submit Your Article
Obtain Translation Jobs
Visit Language Job Board
Post Your Translation Job!
Register Translation Agency
Submit Your Resume
Find Freelance Translators
Buy Database of Translators
Buy Database of Agencies
Obtain Blacklisted Agencies
Advertise Here
Use Free Translators
Use Free Dictionaries
Use Free Glossaries
Use Free Software
Post Your Free Ad
Vote in Polls for Translators
Read News for Translators
Read our FAQ
Read Testimonials
Read More Testimonials
Read Even More Testimonials
Read Yet More Testimonials
Become Our Customer
Use Resources
Use Site Map
Admire God's Creations

christianity portal
translation jobs


 

 
Copyright © 2003-2017 by TranslationDirectory.com
Legal Disclaimer
Site Map