L’interprétariat participatif Français translation jobs
Home More Articles Join as a Member! Post Your Job - Free! All Translation Agencies
Advertisements




L’interprétariat participatif







Become a member of TranslationDirectory.com at just $8 per month (paid per year)




L’interprétariat participatif désigne la transposition orale (généralement interprétariat consécutif) de ce qui est dit, d’une langue dans une autre, en tenant compte du contexte social et culturel des personnes participant à une situation communicationnelle donnée.

L’interprète participatif analyse les informations qu’il reçoit à l’état brut et les restitue sous une forme travaillée dans la langue visée par la médiation. Il rend donc possible la communication entre des interlocuteurs d’origines différentes. Il est engagé dans une situation de « trilogue », c’est-à-dire d’un dialogue à trois où le médiateur en fait partie.

Ce qui distingue l’interprète participatif du simple traducteur, c’est qu’il est confronté à la diversité linguistique et culturelle d’une catégorie particulière de personnes pour qui il traduit (immigrés, demandeurs d’asile, réfugiés politiques, médecins, psychanalystes...). Il peut donc exercer au sein de plusieurs environnements différents et auprès de divers types de personnes. Il ne fait pas que traduire, il agit en tant que médiateur humanitaire.

L’interprète participatif peut être appelé à apporter des précisions sur la situation géopolitique d’une région en conflit, expliquer aux demandeurs d’asile la démarche à suivre pour déposer leurs dossiers, apporter des précisions sur différents sujets relatifs à l’immigration, atténuer un discours qui peut paraître choquant dans l’autre culture, permettre la communication entre des personnes d’origines et de cultures différentes…

Il doit respecter l’éthique et le secret professionnels et doit s’abstenir de tout jugement de valeur à l’égard de ses interlocuteurs.

A l’instar de ces pays, le Maroc commence à accueillir des immigrés de différents pays, notamment : des étudiants arabes et africains, dont le nombre est en croissance exponentielle, des ressortissants subsahariens (dont la majorité est entrée au Maroc de manière illégale), des demandeurs d’asile notamment des syriens durant ces dernières années, des originaires de certains pays asiatiques particulièrement des femmes de ménage et des baby-sitters venant de Philippine et bien d’autres.

Le 2 Janvier 2014, le Maroc a connu le lancement de l’opération de régularisation des sans-papiers dans tout le territoire. Toutes les provinces et préfectures du Royaume ont été mobilisées pour recevoir les demandes de régularisation de la situation des immigrés en séjour irrégulier au Maroc. Plus de 30 000 migrants clandestins sont concernés par cette opération selon les estimations du Ministère de l’Intérieur marocain.

Durant cette opération, il fallait que l’immigré réponde de manière précise à une série de questions et remplir un formulaire détaillé. Malheureusement, les personnes chargées d’inscrire ces immigrés, étudier leurs dossiers, vérifier s’ils répondent aux exigences ou pas et les classer dans la catégorie adéquate, ont rencontré d’innombrables problèmes de communication avec les immigrés, ce qui leur a fait perdre beaucoup de temps et d’énergie.

Malheureusement, le fait d’engager des interprètes participatifs dans ce genre d’opérations ne fait pas encore partie des démarches organisationnelles entamées au Maroc. On continue à croire en notre « plurilinguisme spontané » et en notre aisance communicationnelle, ayant confiance en notre capacité de « marocains » à comprendre tout le monde.

Pas loin du domaine social, chaque année, des médecins marocains bénévoles sont dépêchés à plusieurs pays en difficulté (guerre, épidémies, catastrophes naturelles…). L’absence d’interprètes professionnels au sein des équipes accompagnant ces médecins rend la communication difficile entre les médecins et les patients.

Dans la pratique, on distingue deux types d’interprètes qui offrent leurs services pour faciliter la communication entre les patients et les praticiens de la santé, on trouve des interprètes professionnels et des interprètes « ad hoc ».

Les premiers font la traduction des consultations médicales dans le cadre de leur travail et ont généralement reçu une formation pour le faire. Les seconds sont des proches du patient, des membres du personnel hospitalier affectés à cette tâche sporadiquement ou encore des inconnus recrutés dans la salle d’attente qui parlent plus ou moins couramment les deux langues, celle du patient et celle du praticien.

La triade (clinicien- patient-interprète) n’est pas toujours respectée lors de l’intervention. Ce non-respect influence le déroulement de l’intervention et entraine un sentiment de menace identitaire.

Si la triade n’est pas respectée, surtout quand l’interprète et le patient entretiennent une discussion duale, le médecin se sent mis à l’écart de sa propre intervention, ce qui entraine chez lui un sentiment de menace identitaire (identité professionnelle), alors que c’est lui qui devrait contrôler l’intervention.

La présence d’un compatriote dans la consultation crée souvent un climat de réassurance et de solidarité pour le patient. Il arrive que ce soit le même interprète qui accompagne le patient dans ses différents rendez-vous : généraliste, psychiatre, assistant social, enseignant des enfants. Par devoir de transparence, il informe les interlocuteurs d’éventuels liens personnels ou professionnels qu’il aurait avec les personnes présentes. Par cet accompagnement, l’interprète acquiert une connaissance plus approfondie et plus globale du patient et de sa situation. Il joue alors un rôle soutenant et favorisant le processus d’intégration du patient migrant.

Lorsque la situation s’y prête, l’interprète participatif, lui-même migrant et généralement issu de la même culture que le patient, peut apporter au praticien des informations complémentaires sur des éléments sociaux ou culturels en jeu dans la consultation.

Mieux connaître certains codes culturels ou mieux se représenter les difficultés concrètes, sociales, familiales ou juridiques, auxquelles les migrants dits «vulnérables» sont confrontés, peut permettre parfois au praticien de mieux comprendre la souffrance ou le comportement de son patient et surtout lui donner l’occasion d’aborder ces questions directement avec ce dernier.

Le patient restera en effet toujours le mieux placé pour parler de son rapport singulier et complexe à sa culture d’origine et à son environnement. S’intéresser à la culture de son patient est par ailleurs un bon moyen pour le clinicien de se «décentrer» et de chercher à modifier sa vision habituelle des choses, de s’ouvrir au mode de pensée et d’expression différent et inconnu de son patient et d’entrer dans une clinique du sujet.

Les interprètes participatifs répondent à un besoin social croissant dans les sociétés modernes multiculturelles et leur rôle est d’une importance vitale si on veut que l’accès aux services publics ne soit pas limité ou conditionné par des barrières linguistiques ou culturelles.

L’interprète participatif peut être soit présent sur place, soit connecté par téléphone. La collaboration avec des interprètes participatifs permet aux professionnels des structures et des institutions du service public d’assumer leurs tâches même lorsque la communication directe avec les personnes migrantes n’est pas possible. Cette collaboration contribue donc au fonctionnement régulier des structures de la société.

En plus de très bonnes connaissances linguistiques, d’une capacité d’écoute active, d’analyse simultanée et de mémorisation, l’interprète participatif doit détenir quelques compétences supplémentaires. La connaissance des différences culturelles, la capacité de communication, la finesse de la perception, l’évaluation et le tact pour agir de façon adéquate et au bon moment sont requis.

S’intéresser à la langue, à la signification pragmatique par rapport à la signification sémantique de certains mots, est très important. Le même mot n’a pas forcément la même valeur sociale d’un pays à l’autre. Il faut maîtriser les différents aspects de la langue : la signification, le cadre, le contexte, la communication, la pratique culturelle. Quand ils parviennent à se familiariser avec les deux mondes, il devient possible de tracer un pont de communication entre eux.

D’autre part, l’interprétariat participatif facilite l’orientation et l’intégration dans certains établissements ainsi que dans les contextes sociaux, pour des personnes migrantes qui ne parlent pas la langue locale.

En rendant possible et en facilitant la compréhension entre des personnes d’origines et de cultures différentes, l’activité des interprètes participatifs contribue à la cohésion d’une société multiculturelle et à l’enrichissement de la vie culturelle.

Les interprètes participatifs doivent avoir des connaissances suffisantes de la langue officielle et de la langue vers laquelle ils interprètent pour permettre une traduction complète et appropriée dans les deux langues. De plus, ils ont en général eux-mêmes une expérience de la migration et disposent donc de connaissances fondées des réalités de vie existant dans le pays d’origine et dans la société d’accueil. .

Lorsqu’il s’agit de conflits qui présentent des composantes linguistiques et culturelles (problèmes de compréhension, malentendus, etc.), il est tentant de faire assumer implicitement aux interprètes participatifs la tâche supplémentaire du traitement du conflit, ce qui est fortement déconseillé.

En effet, l’intervention en cas de conflit demande des compétences et une expérience spécifiques différentes de celles des interprètes participatifs et qui ne sont pas compatibles avec leur rôle.

Néanmoins, pour apporter une solution aux difficultés de compréhension pouvant être complexes dans

le contexte de la migration et de l’intégration, il est souvent nécessaire que les performances d’interprétariat soient étendues, par exemple concernant les façons de faire ou de se comporter, les rôles et les attentes, les représentations sociales et de société, etc. Si l’interprète est considéré et respecté comme un participant de l’entretien, disposant de telles compétences allant plus loin que la maîtrise de deux langues, ces ressources pourront être activées plus facilement et de manière plus ciblée.

La situation que vit le Maroc actuellement l’oblige à développer ce genre de profils, et d’instaurer de nouvelles filières de formation dans son système universitaire, soit sous forme de licences professionnelles, ou tout simplement sous forme de formations qualifiantes en ligne. En plus, des conventions de partenariat pourront être conclues entre les centres de formation et des établissements relevant des Universités marocaines comme : l’Institut des Etudes Africaines, l’Institut des Etudes Hispano-Lusophones, etc.

---

Auteur: Mme. Adiba BAKKOUR.

- Lauréate de l’Ecole Supérieure Roi Fahd de Traduction.

- Chef du Service de la Communication au Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle.

- Doctorante à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Tétouan/ Université Abdelmalek Essâadi (Axe de recherche : Linguistique, Communication et Traduction).





Published - September 2016










Submit your article!

Read more articles - free!

Read sense of life articles!

E-mail this article to your colleague!

Need more translation jobs? Click here!

Translation agencies are welcome to register here - Free!

Freelance translators are welcome to register here - Free!







Free Newsletter

Subscribe to our free newsletter to receive news from us:

 
Menu
Recommend This Article
Read More Articles
Search Article Index
Read Sense of Life Articles
Submit Your Article
Obtain Translation Jobs
Visit Language Job Board
Post Your Translation Job!
Register Translation Agency
Submit Your Resume
Find Freelance Translators
Buy Database of Translators
Buy Database of Agencies
Obtain Blacklisted Agencies
Advertise Here
Use Free Translators
Use Free Dictionaries
Use Free Glossaries
Use Free Software
Post Your Free Ad
Vote in Polls for Translators
Read News for Translators
Read our FAQ
Read Testimonials
Read More Testimonials
Read Even More Testimonials
Read Yet More Testimonials
Become Our Customer
Use Resources
Use Site Map
Admire God's Creations

christianity portal
translation jobs


 

 
Copyright © 2003-2017 by TranslationDirectory.com
Legal Disclaimer
Site Map